Du dixieland au petit déjeuner

Les New Orleans Hot Shots ont enchanté les amateurs venus déjeuner au son du jazz à la grande salle de Boudry

Le déjeuner est un moment de la journée où chacun a ses habitudes. Le déjeuner jazz proposé chaque premier dimanche de mai par la Société de développement de Boudry permet de casser ces habitudes le temps d’une matinée et de manger le premier repas de la journée au son d’un orchestre de jazz. Un événement à nouveau très suivi cette année à la grande salle de Boudry. Il faut dire que la formation invitée avait de quoi intéresser les mélomanes. Les New Orleans Hot Shots sont venus à six musiciens de leur fief de Morat : piano, clarinette, contrebasse, trompette, trombone et batterie. L’orchestre a offert une musique rythmée et entraînante à l’assemblée venue écouter des standards du jazz traditionnel. Comme celui qui célébrait les tulipes et le printemps malgré le temps maussade. Un ciel bas qui n’a pas retenu les Boudrysans sous les couettes. Ni d’autres amateurs venus de l’autre rive du lac, voire de plus loin encore. La salle était déjà bien remplie lorsque les New Orleans Hot Shots ont commencé leur concert. Les lève-tard ont fini de remplir la salle. Il faut dire que le déjeuner proposé était copieux : traditionnel ou avec du fromage et de la charcuterie, il y avait de quoi satisfaire tous les appétits. De plus, le son du sextette, sans aucun moyen d’amplification, permettait aux gens de discuter et de déjeuner agréablement tout en écoutant l’orchestre.

Au début de la deuxième session, les plateaux repas ont peu à peu fait place aux bouteilles d’œil de perdrix et aux verres de blanc. L’écoute s’est aussi intensifiée à mesure que les estomacs se remplissaient. Et plus d’un spectateur s’est surpris à battre la mesure du pied ou à soutenir  le rythme avec les mains. De Louis Armstrong à Fats Domino, les standards connus de tous et les morceaux moins célèbres se sont succédé. Etait-ce difficile de jouer face à un public parfois un peu dissipé ? « On sait que les gens sont aussi ici pour déjeuner et qu’ils ne sont pas toujours attentifs, admet Jakob Etter, le leader de la formation. Mais le jazz est une musique qui se joue dans toutes les circonstances et dans tous les lieux, du bistrot au cimetière. C’est une musique pour toutes les occasions. »

A la fin de la deuxième session, le président de la Société de développement de Boudry, Denis Keller, a lancé le tirage au sort d’une dizaine de lots. Les numéros, tirés au sort par un jeune spectateur, ont permis à quelques chanceux de recevoir des bons pour un repas offerts par des établissements publics de la localité ou des invitations pour le prochain déjeuner jazz. Ce qui signifie que la Société de développement de Boudry donne d’ores et déjà rendez-vous aux amateurs de jazz au premier dimanche de mai 2017 pour un nouveau concert matinal. Et remercie les nombreux bénévoles sans qui cet événement ne serait pas possible.